Tout savoir sur les déshumidificateurs, humidificateurs et purificateurs

Tout savoir sur les déshumidificateurs, humidificateurs et purificateurs

L’air ambiant d’un logement peut être trop humide, asséché, vicié ou rempli de polluants en tous genres. Pour assainir cet air, selon les cas, et après avoir testé le taux d’humidité, il faut s’équiper d’un déshumidificateur, d’un humidificateur ou d’un purificateur. Le choix de ces appareils est fonction du volume à traiter, mais aussi du type de pièce, à vivre ou non, chauffée ou pas…

Un déshumidificateur, pour absorber l’humidité

  • Une trop forte humidité à l’intérieur du logement favorise l’apparition de moisissures qui détériorent les revêtements et le mobilier et provoque le développement d’acariens, néfastes pour la santé.
  • Le seul moyen d’absorber cet excès d’humidité est de placer un déshumidificateur dans les pièces concernées (salle d’eau, buanderie, sauna, sous-sol ou cave, jardin d’hiver…).
  • Choisir un déshumidificateur selon la surface de la pièce à traiter (entre 10 et 80 m²).
  • La capacité de déshumidification s’exprimer en litres extraits par 24 heures.
Bon à savoir : Pour un confort optimal, l’humidité de la pièce doit être compris entre 40 et 60 %. Le taux se mesure à l’aide d’un hygromètre.

Types de déshumidificateurs

On distingue deux catégories de déshumidificateur ayant chacun leur mode de fonctionnement.
  • À compresseur
    • Pour les pièces à vivre chauffées > 15°C.
    • Il aspire l’air humide, le filtre et le dirige vers un condenseur qui transforme la vapeur d’eau contenue dans l’air en eau.
  • À gel de silice
    • Pour les pièces non chauffées < 15°C.
    • L’air humide aspiré passe au travers d’un condenseur et d’un rotor déshydratant imprégné d’un gel de silice qui absorbe l’eau en la fixant.
    • Un deuxième circuit d’air permet au rotor de rester sec et de régénérer en permanence le gel.
Bon à savoir : Des petits bacs contenant des recharges de produits absorbeurs d’humidité peuvent améliorer sensiblement le confort dans certaines pièces.

Les différentes fonctions

  • Hygrostat : réglable, il maintient le taux d’humidité souhaité.
  • Drainage continu : évacue l’eau en continu grâce à une pompe reliée à la douche, l’évier…

Un humidificateur, pour compenser l’air trop sec

  • Si le logement est confiné, mal aéré, mal ventilé, l’atmosphère peut être asséchée.
  • Un air trop sec peut entraîner de l’électricité statique. Il peut fissurer les meubles en bois, les parquets ou les planchers.
  • L’installation d’un humidificateur s’impose alors pour diffuser une vapeur propre et stérile dans tout le logement, et maintenir une atmosphère saine.
  • Choisir l’humidificateur selon la surface de la pièce à traiter : de 20 à 50 m².
  • Selon l’ambiance souhaitée, il est possible de rafraîchir une pièce (mal aérée) ou de la réchauffer (trop froide), par des vapeurs froides ou chaudes.

Types d’humidificateurs

  • À vapeur froide
    • Pour les pièces bien chauffées.
    • Les électrodes plongées dans l’eau et traversées par un courant alternatif, portent l’eau à ébullition, propulsée dans la pièce sous forme de vapeur.
  • À vapeur chaude
    • Pour les pièces difficiles à chauffer.
    • Les électrodes plongées dans l’eau chauffent et créent une vapeur chaude et stérile qui se mélange vite dans l’air.
Bon à savoir : Respecter les consignes d’entretien. L’eau contenue dans le réservoir d’un humidificateur inutilisé peut favoriser la croissance de certaines bactéries : vider l’eau résiduelle après utilisation et désinfecter régulièrement.

Différentes fonctions

  • Hygrostat : réglable, il maintient le taux d’humidité souhaité.
  • Diffuseur de fragrances : permet de diffuser des huiles essentielles.
  • Ioniseur : vivifie l’air ambiant évitant maux de tête et vertiges.
Bon à savoir : Certaines options facilitent la vie au quotidien comme l’arrêt automatique à vide et les réservoirs amovibles qui optimisent le remplissage.

Un purificateur, pour limiter les allergies

  • Le purificateur assainit l’air du logement pour le débarrasser de toutes ses sources de pollution : fumées, acariens, poils d’animaux, poussières…
  • Des filtres retiennent les particules polluantes, même microscopiques, lors du passage de l’air.
  • Choisir le purificateur adapté à la surface de la pièce à traiter.
  • Le débit d’air traité s’exprime en m3/heure. Certains modèles existent avec un débit d’air réglable.
 Bon à savoir : Vérifier le niveau sonore de l’appareil (de 5 à 60 dB). Les vitesses de fonctionnement peuvent amplifier le bruit qui peut devenir dérangeant surtout dans les chambres à coucher où le niveau sonore ne doit pas dépasser 30 dB.

Les types de filtres

  • Préfiltre : contre les poussières, pollens et acariens.
  • HEPA : pour les particules fines (0,3 microns).
  • Charbons actifs : contre l’odeur de fumée et de tabac.
  • Catalytique : contre les bactéries, polluants divers.
Bon à savoir : Il est recommandé de remplacer les filtres régulièrement.
  • Diffuseur de fragrances : permet de diffuser des huiles essentielles.
  • Ioniseur : vivifie l’air ambiant évitant maux de tête et vertiges.
  • Programmateur : réglable, il maintient le taux d’humidité souhaité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *