Améliorer la qualité de l’air dans votre maison

Améliorer la qualité de l’air dans votre maison

Qualité de l’air dans une maison : changez vos habitudes!

Savez-vous que la qualité de l’air dans une maison dépend de votre activité? Et oui, la pollution de l’air intérieur peut être évitée. Il suffit pour cela de changer vos mauvaises habitudes.

La première étape pour améliorer la qualité de l’air intérieur, c’est d’apprendre à connaître son logement et d’identifier les polluants présents dans l’air intérieur. Ils peuvent provenir de plusieurs sources : des matériaux, de vos produits d’entretien  ou encore de problèmes d’humidité comme les moisissures ou les infiltrations d’eau. Dans le cas de problèmes d’humidité déjà présents, n’hésitez-pas à contacter un professionnel.

Le taux d’humidité a un impact sur la qualité de l’air intérieur

Le taux d’humidité idéal doit se trouver entre 40 et 70%. Pour favoriser une bonne qualité de l’air dans une maison, privilégiez une température comprise entre 16 et 21°.

Le taux d’humidité va varier en fonction de votre activité. Quelques astuces simples pour améliorer la qualité de l’air intérieur :

  • Aérer les pièces d’eau après chaque utilisation : la cuisine après une cuisson qui a laissé de la vapeur, la salle de bain après chaque douche
  • Ne faites pas sécher le linge à l’intérieur, cela augmente le taux d’humidité et provoque des moisissures

N’utilisez pas le chauffage d’appoint en continu

Les symptômes d’un air vicié

Loin des odeurs pestilentielles qui embaumaient les rues et les habitations de la France médiévale, l’air que nous respirons aujourd’hui, bien meilleur en apparence, sert de support à un éventail de contaminants pouvant provoquer des maux de têtes, des nausées, une fatigue généralisée, un essoufflement permanent ou des toux répétitives. L’on peut ressentir une irritation des yeux, du nez et de la gorge, des congestions au niveau des sinus, avoir le nez qui coule régulièrement. Parfois, même un air de mauvaise qualité peut entraîner des étourdissements voire des malaises. Tout le monde ne va pas réagir de la même façon évidemment, les personnes ayant un terrain allergique seront naturellement les plus sensibles. Les personnes les plus exposées également. Les polluants responsables de nombreuses pathologies respiratoires sont 2 à 5 fois plus présents dans l’air intérieur que dans l’air que nous respirons à l’extérieur.

Les facteurs de dégradation de l’air intérieur.

Tous ces symptômes peuvent révéler une dégradation de l’air respiré due à une température souvent trop élevée, une hygrométrie inappropriée ou même un éclairage inadéquat. Il faut prendre en compte également la présence de contaminants tels que des substances chimiques, des poussières accumulées ou des bactéries qui trouvent un milieu propice à leur développement.

Au nombre des causes conduisant à une mauvaise qualité de l’air intérieur, peut s’ajouter le dioxyde de carbone, le tabac, les parfums, l’amiante…

Des vapeurs toxiques peuvent provenir des produits d’entretien ménager, de solvants, de désinfectants ou de certaines colles. Déposées dans les tapis et les draps, les déjections des acariens se répandent dans l’air quand on fait le ménage.

Les champignons et les moisissures plus globalement se développent dans les parties les plus humides d’un logement et sont déplacés par le biais de l’air.

Contrôlez la pollution de l’air intérieur

La pollution de l’air intérieur peut être d’origine chimique ou allergène. Faites attention aux produits d’entretien que vous utilisez. Choisissez des produits plus sains pour la santé et l’environnement. Évitez les insecticides, préférez les moustiquaires. Si vous entreprenez des rénovations, aérer bien les pièces pendant que vous utilisez des peintures, vernis et autres produits. Évitez également de fumer à l’intérieur.

Aérer son logement régulièrement, en particulier la chambre

Pour permettre à l’air vicié de s’évacuer de votre logement, il convient de l’aérer au moins deux fois par jour pendant 10 min. « Il est essentiel de bien aérer la chambre car c’est une pièce très chargée en dioxyde de carbone », explique Jean-Frédéric Bailly, directeur études et recherches au sein de l’Association Qualitel. « En ouvrant ses fenêtres le matin, on fait disparaitre les émanations de la nuit et en les ouvrant le soir, celles de la journée », poursuit-il. Certaines circonstances exceptionnelles nécessitent d’accroître les périodes d’aération, c’est notamment le cas lors de travaux ou de cessions intensives de cuisine.

Aérer, toujours aérer

Il est recommandé d’ouvrir ses fenêtres 2 fois par jour pendant au moins 15 minutes. Mais attention, n’ouvrez pas vos fenêtres pendant les heures de pointe quand la pollution extérieure est à son comble. Vous risquez de ramener les polluants extérieurs à l’intérieur et donc de réduire la qualité de l’air intérieur.

L’activité humaine provoque de l’humidité. Plus une pièce est utilisée, fréquentée, plus il faudra aérer. Les pièces humides comme la salle de bain, la buanderie ou la cuisine doivent particulièrement attirer votre attention.

L’entretien régulier de votre système de ventilation permettra de maintenir la qualité de l’air dans une maison.

Comprendre comment la ventilation de son logement fonctionne

Comprendre comment la ventilation de son logement fonctionne est primordial pour savoir comment circule l’air à l’intérieur et d’où arrive l’air extérieur. « Mieux on comprend comment se font les échanges d’air entre l’intérieur et l’extérieur et mieux l’on peut agir pour qu’ils se fassent dans de bonnes conditions ». Où sont les entrées et les sorties d’air ? Quels appareils ont été installés et où ? Autant de questions que les occupants doivent se poser au moment de leur installation dans le logement.

Quelles solutions d’assainissement ?

Pour se débarrasser d’un air intérieur contaminé, il convient d’abord de bien aérer pour favoriser les échanges avec l’extérieur et permettre un large renouvellement de l’air que l’on respire à l’intérieur. Cependant, dans nos sociétés urbaines et industrielles, l’air extérieur est également très pollué. Les purificateurs d’air, utilisés au domicile comme en entreprise deviennent donc des solutions incontournables pour préserver notre santé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *