aérer les intérieurs est aussi un geste barrière

aérer les intérieurs est aussi un geste barrière

aérer les intérieurs est aussi un geste barrière

L’air intérieur ne vaut pas forcément mieux que celui de l’extérieur. C’est pourquoi, il est essentiel de bien le renouveler à la maison. Et ce conseil est d’autant plus vrai à l’heure de la Covid-19… Explications.  

En passant en moyenne 80% de notre temps enfermés en intérieur, nous nous exposons à des polluants qui peuvent être délétères pour notre santé. Ainsi, selon lAnses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), environ 20 000 décès par an sont provoqués par les polluants de l’air intérieur.

Se protéger de la pollution intérieure

Les polluants mis en cause peuvent émaner des matériaux utilisés pour la construction, la décoration ou l’ameublement des maisons. Sans compter que certaines activités quotidiennes comme le tabagisme, le bricolage ou encore le ménage contribuent également à rendre l’air intérieur peu sain… Autre chiffre qui alerte : selon l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur, les Français perdent en moyenne 9 mois d’espérance de vie à cause de l’air pollué dans leurs maisons, et jusqu’à 13 mois dans les pays les plus pollués selon l’OMS.

Attention ! Ce n’est pas parce que vous nettoyez chaque semaine votre logement qu’il est sain ! Si ce lavage est fait avec des produits toxiques alors la pollution sera présente et nocive.

Mieux respirer chez soi

C’est pourquoi, lors de l’achat de produits d’entretien ou de bricolage, lire l’étiquette COV est indispensable. Celle-ci, en effet, signale le niveau d’émissions en composés organiques volatils, d’une échelle de A+ (émissions très faibles) à C (émissions fortes). Par ailleurs, les pictogrammes sur les emballages des produits sont là pour vous signaler d’éventuels dangers (produit inflammable, toxique, etc.) Il est également très important d’évacuer l’humidité, en cas d’infiltrations ou de remontées capillaires dans les murs : améliorer l’étanchéité chez soi pour assainir l’air est donc également un impondérable. 


Pour ce qui est de l’aération, choisissez votre VMC avec l’aide d’un professionnel, car le bon choix dépend du contexte de chaque logement ! Cette VMC doit être nettoyée régulièrement afin d’éviter qu’elle ne s’encrasse et ne devienne inefficace voire dangereuse.

Et attention, ce n’est pas parce que vous nettoyez chaque semaine votre logement qu’il est sain ! Si ce lavage est fait avec des produits toxiques alors la pollution sera bien présente et nocive. De même, contrairement aux idées reçues, les plantes vertes ne dépolluent pas significativement l’air intérieur.

L’aération à l’heure de la Covid-19

A l’heure où la deuxième vague de la Covid-19 se confirme, l’aération devient aussi un geste barrière. Si le virus se propage par gouttelettes de salive, reste qu’il se diffuse aussi dans l’air ambiant ! On parle ici de transmission aérosol. De fait pour éviter les contaminations à la maison et au bureau, il est indispensable d’aérer toutes les pièces et ce à intervalles réguliers. Dans son allocution du 16 octobre dernier, Emmanuel Macron l’a d’ailleurs rappelé : « Il faut aérer, les scientifiques nous le disent, dix minutes trois fois par jour, mais aérer de manière régulière ». Hier, la France battait un nouveau record de cas positifs, avec plus de 52 000 cas en seulement 24 heures. Dans ce contexte, l’adoption des gestes barrières doit plus que jamais être à l’ordre du jour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *