Déshumidificateur à compresseur ou à dessiccation ?

Déshumidificateur à compresseur ou à dessiccation ?

Parmi les différentes technologies de déshumidificateurs, comment choisir celle qui est la plus adaptée à votre logement ? Cet article va vous expliquer comment choisir entre un déshumidificateur à compresseur et à dessiccation.

Entre ces deux appareils, le choix se fera en fonction de la température de votre pièce. En effet, la puissance effective d’un déshumidificateur à compresseur est liée à la température. Moins l’air est chargé en humidité et plus il est frais, moins la puissance sera importante. Par exemple, un appareil à compresseur qui à 30° et 80% d’humidité déshumidifiera 20 litres par jour, mais à 15° et 80% d’humidité aura une puissance réduite à 9.2 litres par jour.

Plus la température est basse, plus le déshumidificateur à dessiccation prend son sens. Sa technologie unique lui permet de conserver la même puissance, quelque soit la température et le taux d’humidité. C’est pourquoi, entre un déshumidificateur à compresseur 20 litres par jour, et un appareil à dessiccation 8 litres par jour, tous deux adaptés à un espace jusqu’à 90 m², nous recommanderons l’appareil à compresseur si la température de votre pièce est supérieure à 18° environ, sinon l’appareil à dessiccation.

Enfin, j’en profite pour rappeler que pour les plus petites pièces (moins d’une dizaine de mètre carrés), il existe également le déshumidificateur à effet Peltier qui se révèlera très compact !

Les déshumidificateurs prennent petit à petit de la place dans la vie de français. En effet, plus de 25% des foyers nationaux sont touchés par des problèmes d’humidité, avec des conséquences importantes sur la santé, l’habitat ou la consommation en énergie.Ils causent des affections pulmonaires et rhumatismales, provoquent des moisissures et des dommages importants sur les peintures et papiers peints, gonflent la facture de chauffage. Une prise de conscience est nécessaire, et on observe que les français s’intéressent de plus en plus aux moyens mis à disposition pour éradiquer ce problème.

Dans ce sens, nous allons aborder dans cet article les quatre grandes techniques de déshumidification, chacune correspondant à un besoin spécifique. A savoir :

  • L’effet Peltier
  • Le compresseur
  • Dessiccant ou basse température
  • Silicagel

Voici leur description en détail :

L’effet Peltier

l existe tout d’abord la technique dite de l’Effet Peltier, inventée au 19ème siècle par le physicien Jean-Charles Peltier. Ce procédé fonctionne sans compresseur, par échange thermique. Ainsi, l’air circule entre deux plaques de métal, l’une chaude et l’autre froide. Le différentiel de température existant entre les plaques crée une condensation, et l’eau captée est récoltée dans un réservoir.Adapté à : des petites surfaces, 20 m² max, les placards à chaussures, les salles de bains, les caves et même dans bateaux et caravanes grâce à leur prise 12V.

  • Les plus : faible consommation en énergie, très silencieux, compact
  • Les moins : une puissance moindre par rapport au déshumidificateur à compresseur

Déshumidificateur à compresseur :

Ensuite, il y a la méthode du déshumidificateur à compresseur, technologie la plus répandue. Elle fonctionne elle aussi par un mécanisme de température. Un condenseur, dont la température est abaissée par le compresseur avec un gaz frigorigène, est chargé de frigorifier une partie du déshumidificateur. Au contact du condenseur, l’air humide, aspiré par un puissant ventilateur, voit la vapeur qu’il contient se transformer en eau, qui coule alors dans le réservoir.Adapté à : d’une pièce de 20m² à des entrepôts, piscines et SPAs qui nécessitent des produits spécifiques en raison de la concentration élevée de chlore dans l’air ambiant.

  • Les plus : grandes capacités, puissance, silencieux.
  • Les moins : consommation en électricité élevée, technologie plus bruyante que les autres

Déshumidificateur à dessication :

Parlons maintenant d’une technique nouvelle, dite « propre », celle du déshumidificateur à dessiccation. L’air, aspiré par un ventilateur, passe à travers une roue de dessiccation, dans lequel se trouve le dessiccant. C’est un solide très poreux, sorte de silicagel moderne, à la différence qu’il ne nécessite aucun remplacement. L’eau récupérée est ensuite projetée sur une plaque en métal grâce à un second ventilateur qui chauffe l’air. L’air produit est chaud et sec et sort par le haut de l’appareil.Adapté à : particulièrement aux pièces à basse température mais également à toute celles dont la température est inférieure à 18°, les bateaux, les caravanes.

  • Les plus : sa forte puissance, sa capacité d’humidification ne varie pas en fonction de la température (unique), sa technologie nouvelle est propre (fonctionne sans gaz), il est très silencieux et léger.
  • Les moins : l’air est légèrement réchauffé, il n’est donc pas adapté à toutes les caves à vins, un prix légèrement plus cher que les modèles avec compresseur (le prix du silence !).

Le silicagel :

Nous allons terminer par la plus ancienne de ces technologies, cette qui fonctionne grâce au silicagel. Le déshumidificateur fonctionne selon le même principe qu’avec la dessiccation, mais le dessiccant est remplacé par le silicagel également appelé gel de silice. Il est connu sous la forme de poudre, de granulés ou de billes.Adapté à : toute sorte de pièces de l’habitat.

  • Les plus : très silencieux, pas électrique.
  • Les moins : Durées de vie des cartouches limitées, ce qui nécessite d’en racheter régulièrement, donc coûteux. Entretien régulier, cette technologie est plus contraignante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *