Coronavirus et confinement : assainir l’air de son intérieur

Coronavirus et confinement : assainir l’air de son intérieur

Coronavirus et confinement : assainir l’air de son intérieur

Le confinement pousse les Français à passer tout leur temps chez eux. Suivez ces recommandations pour assainir au maximum l’air de votre intérieur.

Depuis le 17 mars, la France vit confinée. Les effets de cette restriction des déplacements ne se sont pas fait attendre. En Ile-de-France, la qualité de l’air s’est améliorée d’environ 30%. Cette amélioration s’explique par une diminution de plus de 60 % des oxydes d’azote. Chaque année, 48 000 personnes meurent à cause de la pollution de l’air.

Si les Français limitent leurs sorties, ils passent maintenant tout leur temps chez eux. C’est donc important de s’assurer que l’air respiré à longueur de journée est le plus pur possible. La meilleure habitude à prendre reste d’aérer quotidiennement son intérieur, fenêtres ouvertes et radiateurs fermés, pendant cinq à dix minutes. Si vous profitez du confinement pour faire des travaux de bricolage, l’aération doit être faite pendant et après. Evidemment, pour garder un air intérieur sain, il faut éviter de fumer chez soi. Le tabac représente la première source de pollution dans l’habitat.

Mieux vaut également éviter au maximum d’utiliser des produits odorants. Privilégier ceux qui portent l’Écolabel Européen. “Les sprays désodorisants chimiques et les produits contenant des substances naturelles (huiles essentielles, par exemple) émettent des polluants dans votre air intérieur”, alerte l’Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie (Ademe) sur son site internet. Attention aux polluants que vous pensez bénéfique pour assainir votre intérieur : désodorisants, produits ménagers, bougies parfumées, etc.

Attention à l’encens

De même, il est recommandé d’éviter l’encens. L’air intérieur ne doit pas être surchargé de particules inutiles pouvant irriter les voies respiratoires. Ainsi, l’Ademe recommande de réduire au maximum l’utilisation de l’encens chez vous, d’éviter l’inhalation directe de fumée et d’aérer la pièce pendant au moins 10 minutes, après avoir brûlé de l’encens. Elle préconise également de ne pas brûler d’encens si des personnes dont le système respiratoire est sensible vivent dans le logement (jeunes enfants, personnes asthmatiques, personnes âgées, etc.).

Pour assainir son air intérieur, il est recommandé d’entretenir le système de ventilation afin d’apporter de l’air neuf dans l’ensemble du logement. “Il ne faut jamais boucher les grilles hautes et basses d’aération, et nettoyer régulièrement les bouches d’extraction, les filtres et les entrées d’air”, détaille l’Agence. Au quotidien, limitez l’utilisation des chauffages d’appoint et n’utilisez pas ceux avec du pétrole ou du gaz en continu. Dernière précision de l’Ademe : attention à l’argument “plantes dépolluantes”. Cette allégation n’est pas validée scientifiquement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *